Spoutnik, le début de la course à l'espace

                              1)L'avènêment de l'URSS 



                 De la balistique intercontinentale à Spoutnik-1

      
      Au début des années 1950, voyager au-delà de la Terre semble tenir plus du fantasme que de la réalité. En effet, , l’idée d’envoyer un objet ou un homme au-delà de l’atmosphère n’est pas une priorité pour les gouvernements, qu’ils soient russe ou américain. Toutefois les ingénieurs militaires des deux camps, notamment dans la balistique, envisagent sérieusement cette possibilité.
En effet, des missiles d’un nouveau genre ont été mis au point par la recherche nazie pendant la Seconde Guerre mondiale : les V2

  

   
Fusée V2
       Propulsés par des fusées, ils furent notamment utilisés pour bombarder Londres à la fin de la guerre. Dotée d’une longue portée (3500 kilomètres), très rapide (mach 3.5) et ne nécessitant plus d’aviation. Or la course aux armements provoquée par la guerre froide occasionne de forts investissements dans la recherche, et ce domaine d’avenir en bénéficie naturellement. En effet, les V2 suscitent de l’intérêt à l’est comme à l’ouest
       
        Mais, souffrant d’un certain retard dans le domaine du nucléaire, c’est l’URSS qui exploite le plus cette invention. Elle met en place au cours des années 1950 un projet de missile intercontinental capable de transporter une bombe A. Contrairement aux bombes H, les bombes A sont très encombrantes. Au Japon, elles avaient dues être lâchées d’un bombardier. Le projet est donc doublement ambitieux : construire un missile d’une portée intercontinentale (plusieurs milliers de kilomètres contre 350 pour le V2) et pouvant porter une bombe de plusieurs tonnes.

        Le projet est confié à Sergueï Korolev, un ingénieur ukrainien extrait du goulag au cours de la Seconde Guerre mondiale grâce à ses compétences en aéronautique. Conscient des possibilités spatiales d’une telle fusée, et peut-être nourri par les mêmes rêves que von Braun, il parvient à obtenir l’autorisation de construire un petit satellite et de tenter de l’envoyer dans l’espace. 
                  
                      Spoutnik-1

   Spoutnik
       Juillet 1955 : les scientifiques de nombreux pays vont organiser l'année géophysique internationale sur une période de 18 mois entre 1957-58. Les américains se disent prêts à envoyer dans l'espace de petits satellites. L'URSS est elle aussi prête pour réaliser la même chose, mais en plus gros. Leonid Sedov, porte parole de la délégation soviétique et membre de l'académie des sciences présente un rapport sur les opportunités de l'année 1957: Anniversaire du centenaire de la naissance du père fondateur de l'astronautique soviétique Constantin Tsiolkovsky, quarantième anniversaire de la révolution d'octobre et l'année géophysique internationale.
          L'URSS dispose d'un arsenal de missiles de portée moyenne (2000 à 3000 Km) et essaie son premier missile intercontinental, la R7 (8000 Km). Korolev propose d'équiper cette même R7 pour lancer un satellite autour de la terre. Un bureau de construction spatial est créé : l'OKB 1. En janvier 1956, la décision de construire un satellite lourd, l'objet D est prise. Elle est confirmée en septembre par le Comité central et l'académie des sciences.
        Janvier 1957 : De nombreux incidents techniques surviennent : le satellite lourd (1350 kg) ne sera pas prêt à temps, Korolev abandonne donc son projet pour un satellite simplifié, Spoutnik, une simple sphère de 80 cm de diamètre et 50 kg équipé d'un émetteur radio ondes courtes d'une durée de vie de 20 jours.  

Fusée R7 sur rampe de lancement 
         En mai, le Kremlin donne son feu vert pour le premier essai de la R7 (L1-5). Malheureusement, ce sera un échec. Le 15 mai, après de nombreux reports du à la météo et aux derniers problèmes techniques, la fusée décolle, mais déviant de sa trajectoire, elle explose 300 Km plus loin.  
         Le second essai a lieu le 12 juillet, mais un court circuit dans une batterie fait explosa la fusée après 40 s de vol. Il faut attendre le 3eme tir (L1-8) le 25 août pour connaître le succès. Après séparation, l'ogive expérimentale rentre dans l'atmosphère et retombe à l'endroit visé. L'URSS annonce qu'elle dispose désormais son missile
         Fort de ce succès et des suivants, Korolev travaille sans relâche à la conception du PS 1. Le 24 juin, il arrive à Tyura Tam. En août, les essais d'intégration avec la R7 ont lieu. Le 20 septembre, la commission d'état fixe le lancement pour le 5
octobre.


     Au début du mois d'octobre, radio Moscou annonce le lancement imminent d'un satellite et donne les fréquences radio pour écouter le fameux "
bip-bip" émis par Spoutnik,20,005 MHz et 40,002 MHz.
Le 4, tout est prêt à Tyura Tam. Il est 22 h 28 min 34 s heure de Moscou quand la fusée R7 s'élève de son pad de tir. 5 minutes plus tard, le premier satellite artificiel est sur orbite. Il s'appelle Spoutnik. 

    Lorsque Spoutnik est lancé, le monde est stupéfait et les Américains abasourdis. pour eux, c'est un "nouveau Pearl Harbor". L'URSS sous-estimé par les Américains devient la première puissance technologique. La lutte pour la conquête de l'espace vient de commencer... 

    

   
Protected by Copyscape Plagiarism Tool

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×